J’ai déjà abordé le problème de l’impact du sport de haute compétition, comme actuellement pendant la période de coupe du monde de football, sur le couple. De même, l’on peut s’interroge sur la place du sexe chez les sportifs avant un match. 

LE SEXE EST-IL BON OU NOCIF POUR LES RESULTATS SPORTIFS ?

Depuis toujours, il a été demandé aux compétiteurs de haut niveau de ne pas avoir de sexe avant un match. Déjà, chez les grecs anciens, un débat à ce propos, existait. Ainsi, en 444 avant J.C, Platon écrivait qu’il était demandé aux sportifs d’éviter les rapports intimes avant les grandes compétitions sportives.

Les raisons sont que, selon certains, un rapport sexuel peut entraîner une perte d’énergie (perte du taux de testostérone) alors qu’au contraire, la frustration sexuelle avant un match génère plus d’agressivité chez les compétiteurs.

Le sexe peut également avec un effet bénéfique avant la compétition : sur le plan psychologique, il est à noter que les relations sexuelles apportent détente et confiance en soi. Ainsi, il est fréquent de s’endormir après un rapport intime.

Une étude de 1995 montre, que le sexe n’a aucun impact sur les résultats obtenus lors des compétitions, qu’il y ait eu une relation intime ou pas. Il était comparé les résultats des sportifs ayant eu une relation ou pas. Les résultats ne sont pas très significatifs.

Donc, la question est très personnelle, ainsi Noa se ventait d’être boosté par une relation avant un match. Mais, tout dépend de l’avis de l’entraineur. Certains demandent une abstinence sexuelle et refusent la rencontre entre le sportif et sa compagne avant un match. D’autres l’acceptent mais qu’avec la femme légitime afin que le sportif ne perde pas trop d’énergie et garde ses forces pour avoir de bons résultats.

QU’EN EST-IL POUR LES FEMMES ?

La question se pose, bien-sûr, également pour les sportives de haut niveau. L’enjeu est le même, bien que l’on en parle moins. Doivent-elles s’abstenir sexuellement avant un match ?  

Elles sont souvent soumises aux contraintes de leur entraineur. Pour certains, la réponse est négative afin qu’elles restent concentrées sur leur efforts avant un match. Pourtant, comme pour les hommes,  les endorphines libérées pendant les relations sexuelles entrainent une profonde détente.

De plus, il est démontré que les femmes ayant eu un orgasme, ressentent leurs douleurs musculaires s’atténuer, pendant vingt-quatre heures.

 

 

Il en est donc de même pour les hommes et les femmes. Nous  savons aujourd’hui, que le sexe ne va pas modifier significativement les compétences. Tout dépend du contexte psychologique qui accompagne la sexualité.


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion