Psychothérapie

Lorsqu’un patient dit éprouver un « sentiment de vide », un désintérêt pour toutes sources de plaisir et qu’il il n’arrive plus à lutter contre des idées noires, ce sont des symptômes dépressifs. La peine ressentie, l’isolement, le sentiment d’impuissance, le vide intérieur marque une grande souffrance qui varie selon l’expérience de chacun. Ces sentiments s’établissent en deux temps : les événements présents, déclencheurs de la dépression et un état passé réactivé.

La notion de vide

La notion de vide s’acquiert dès la petite enfance comme par exemple au moment où intervient la faim, le vide du biberon. Ce peut être également une carence affective, un sentiment de solitude auxquels l’enfant se sent confronté. Ces étapes normales, structurantes et qui aident au développement de tout enfant, peut aussi devenir un point de fixation. Aussi, à l'âge adulte, il sera confronté à des pertes, des rejets, des abandons, des deuils ou des séparations. La mémoire du corps se réactivera et amplifiera la sensation de manque et de vide en soi. La personne en souffrance sera alors envahie par des émotions négatives, au point de ne percevoir que cela et de ne pas réaliser ce qu’il possède de positif. Il ne voit que le manque. Elle peut même développer des troubles psychosomatiques tels que des maux de ventre, des migraines etc.

Le vide intérieur

Le vide intérieur se compense parfois par des compulsions alimentaires, alcoolique ou autre. Le besoin de l’autre se déculpe, ce qui peut se traduire par une dépendance affective, des sentiments de jalousie, la crainte de prendre sa place, le sentiment d’illégitimité, la difficulté de s’affirmer… Manquant de confiance en elle, la personne se sent fragile et vulnérable. Sa grande susceptibilité réagira à chaque sensation de rejet ou d’impression de ne pas être aimée. Elle se repliera alors sur elle-même, s’isolera, se sentira vite agressée et adoptera même une attitude défensive. Toute réflexion l’atteindra comme si elle se sentait responsable et elle entrera dans un processus de victimisation. Le risque est que la personne perde confiance en son entourage, se sente dévalorisée par leurs regards et n’arrive pas à croire en leur désir de l’aider et de lui apporter du réconfort.

Que faire ?

La psychothérapie est une solution pour visiter ce vide intérieur et apprendre à l’emplir d’un Moi positif. Le sentiment de vide, dû à la résurgence inconsciente d’un ou de traumatismes est constamment réactivé par les événements présents, ce qui entraîne découragement, épuisement ou résignation. En accédant à l’inconscient par un travail de psychothérapie, le patient pourra remonter à la source des premières expériences traumatisantes et à les transformer en une élaboration constructive.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion