Addictions

Manger du chocolat est un véritable plaisir. Cependant, si l’on abuse de ce plaisir et que l’on renouvelle cette prise de chocolat à plusieurs moments de la journée, peut-on parler d’addiction ?

Le désir de consommer du chocolat est engendré par la découverte d’un nouveau produit, d’un nouveau goût, un besoin de douceur ou par un manque... Une réponse physiologique telle que la sécrétion d’endorphine, perçue par le cerveau comme une récompense, provoque le désir d’en consommer encore. C’est  le cerveau qui réclame le chocolat.

Il n’est pas facile de résister au désir de chocolat, il arrive que l’on perde le contrôle, que le comportement dépasse la volonté tout en ayant conscience des risques liés à l’abus. Dans ce sens, nous pourrions penser à une addiction mais cependant, nous savons qu’il est possible de s’en abstenir.

C’est bien différent avec les drogues qui représentent pour certains, un besoin irrépressible, une augmentation progressive des doses et qui provoque en cas de non-consommation, un syndrôme de manque (tremblements, douleurs physiques, courbatures...).

Je parlerais donc de dépendance au chocolat et non d’addiction. Le fait de consommer du chocolat, même abusément est un trouble comportemental comparable à la dépendance au tabac. Cette dépendance est encouragée par la sensation d’apaisement et la réduction du stress qu’elle procure.

C’est une conduite complexe, par rapport à un produit banal, non illicite, qui touche le gourmand dans son corps (il grossit) et dans son psychisme (il en souffre) mais également dans son rapport aux autres. Le consommateur ne supporte plus son physique, se replie sur elle-même et souffre de troubles relationnels.

POURQUOI CERTAINES PERSONNES N’ARRIVENT PAS A SE PRIVER DE CHOCOLAT ?

  • Le plaisir est à la base de la consommation de chocolat.
  • Manger du chocolat permet une détente et une sensation d’apaisement en cas de stress et de tension.
  • Ce besoin peut-être une façon indirecte de retrouver une sensation de chaleur et de sécurité de l’enfance. Comme la madeleine de Proust, le chocolat permet de régresser et d’oublier les difficultés et les manques de la vie quotidienne.
  • Le chocolat est un leurre qui aide à combler les failles et les manques affectifs.
  • TCA : les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire (boulimie, anorexie, hyperphagie).

COMMENT TRAITER CETTE DEPENDANCE ?

Plusieurs formes de traitements psychologiques peuvent aider à lutter contre les compulsions au chocolat :

  • la psychothérapie analytique qui aide à traiter le problème à la racine en remontant dans l’histoire et l’enfance de la personne.
  • L’hypnose : le stress et l’anxiété ont un pouvoir sur la consommation alimentaire. L’hypnose aide d’une façon rapide et naturelle, à la gestion des émotions et le contrôle alimentaire.
  • Thérapie de groupe : Lutter contre ses pulsions alimentaires au sein d’un groupe est une aide très efficace.

Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion