Adolescence

L’adolescent se caractérise par le fait qu’il est dans un passage vers la vie adulte. Il n’est plus l’enfant qu’il était, n’est pas encore un adulte et il ne sait pas encore ce vers quoi il veut aller, ni ce qu’il est vraiment.

L’adolescent vit à la fois un bouleversement psychique et corporel, d’où sa grande fragilité et l’insécurité dans laquelle il se sent. Françoise Dolto a parlée « du complexe du homard » pour bien décrire cette période où l’adolescent comme le homard a perdu sa première carapace et n’a pas encore construit la sienne en tant qu’adulte ; aussi il se trouve sans défense face aux dangers de son environnement. Physiquement, il ne se reconnaît plus lui-même : changement de la voix pour les garçons, modifications corporelles et génitales pour filles et garçons.

Il semble également important de souligner qu’à l’adolescence, l’on remarque une réactivation de conflits très précoces : le jeune se trouve confronté à une phase de séparation-individualisation, comme dans la petite enfance. Il se sent contraint de quitter l’objet maternel pour exister. Le père a pour fonction de marquer sa place auprès de sa femme comme pour l’autoriser à se construire en tant qu’adulte. Dans les familles où le père est absent, il est important qu’il existe dans le discours de la mère. De nos jours où dans la communauté adulte, les rôles et les fonctions de chacun sont plus complexes, il est difficile pour les adolescents de se repérer dans des modèles identificatoires. De plus, le jeune est très souvent dans le rejet des modèles d’identifications parentaux et peuvent se rattacher à des racines culturelles (ils rejettent souvent moins les grands parents que les parents) ou à des groupes sociaux. Pour lui, devenir adulte passe par le rejet de l’autorité du parentale.

Pour entrer dans la vie adulte, il devra s’intégrer dans la vie sociale et culturelle. Dans ce but, il se prépare progressivement à quitter la protection familiale, mais ne s’y sent pas toujours prêts. Aujourd’hui, du fait du prolongement des études, on assiste à un retard de l’entrée dans la vie adulte. C’est le phénomène « tanguy ».

Il tente de se renforcer en cherchant des identifications au travers des copains, des bandes dans lesquelles il se fond. Les adolescents y développent un langage commun, un même look, dans le but de sentir qu’ils peuvent être acceptés par les autres. La bande est un lieu de gratification et de protection. Avec eux, le jeune se sent plus puissant et tente de se renarcissiser.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion