Première personne prédominante auprès de son enfant, une mère laisse par ses comportements,  des traces indélébiles et modèle inconsciemment la vie de cette personne en construction. De part sa propre histoire, son immaturité ou sa personnalité, toute femme n’est  pas prête ou n’est pas capable d’être mère.

Une mère peut être débordante d’amour, apporter la sécurité, être attentionnée et bienveillante comme  elle peut être intrusive, surprotectrice, aux comportements pervers, jalouse, agressive, destructrice ou dominante. Ces dernières sont souvent désignées comme toxiques.

Quand peut-on dire d’une mère qu’elle est toxique ?

Lorsqu’elle nuit au développement, à la capacité d’exister et à la séparation d’avec son enfant.

 

  • Une mère inaffective et violente : un enfant a besoin d’amour et d’attention pour s’estimer, prendre confiance en lui et savoir qu’il vaut la peine de réussir sa vie. Hélas, dans de nombreux cas, une mère qui n’a pas reçu d’amour est dans la difficulté d’en transmettre. Elle risque de retransmettre la violence et l’insécurité.
    Elle peut, lorsqu’elle a conscience de sa dangerosité,  également adopter une attitude de retrait pour protéger son enfant. Elle devient froide et distante, ce qui ne signifie pas un manque d’amour.

 

  • Une mère surprotectrice marque une anxiété, une possessivité, une intrusivité, un désir de faire à la place son enfant et  un lien fusionnel qui l’empêche de s’épanouir et d’exister par lui-même. Elle le rend ainsi anxieux, peureux, susceptible, immature affectivement, avec une tendance à la culpabilité et une dépendance affective. Ces traits les suivront dans sa vie affective. Le seul moyen, à l’âge adulte, d’arriver à s’éloigner de ce type de mère est un passage à l’acte qui peut être brusque, parfois temporaire ou définitif. S’ils restent, ils auront beaucoup de mal à se tourner vers une autre femme dont la présence ne sera jamais approuvée par la mère.

 

  • Une mère intrusive se montre indiscrète, manipulatrice et envahissante. Dans ce cas, la présence du père est indispensable pour créer un triangle familial et une séparation avec la mère. Si le tiers n’est pas suffisamment présent, il est essentiel pour l’enfant de mettre des limites là où sa mère n’en met pas et à l’âge où cela devient possible de prendre des distances physiques à l’intrusion maternelle. Dans le cas contraire, elle risque de dévaster l’équilibre familial qu’il tentera d’établir.

 

  • Une mère incestuelle est décrite par le psychanalyste Récamier comme une mère qui, pareille à une mère incestueuse, créait un climat dysfonctionnel au sein de la famille. Elle empêche, par une emprise psychologique, l’enfant de se construire dans une identité qui lui est propre. L’inceste est un interdit  fondamental pour l’évolution de l’enfant.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion