Aimer peut parfois entrainer des traumatismes qui provoquent des replis sur soi, le besoin de se protéger et la peur de se réinvestir dans une nouvelle relation. Au traumatisme s’associent les mots de honte, de peur, de stupeur, de violence, de culpabilité, l’abandon, de tristesse, de deuil… Ces traumatismes du passé peuvent être un frein dans l’évolution amoureuse.

La psychanalyse ou la psychothérapie analytique, selon les cas, peut répérer les blessures, s’en détacher et redonner goût à l’amour.

L’AIDE DE LA PSYCHOTHERAPIE ANALYTIQUE

Lorsqu’une personne consulte pour une difficulté à vivre une relation amoureuse (répétition de schémas négatifs comme trouver des hommes qui ne sont pas libres ou qui n’arrivent pas à s’investir dans la relation, abandons, violence, deuils… ), nous remontons toujours dans son histoire de vie, afin d’identifier les traumatismes qui la rende prisonnière des influences du passé.

La sécurité affective qui s’acquière dans les premières années de vie peut être perturbé par le rejet d’un parent, des critiques sur la vie amoureuse, un couple parental dissocié, des injures blessantes qui impactent le développement amoureux de la personne.

Identifier et analyser les causes inconscientes de comportements inadaptés et les analyser est une aide pour s’en détacher. Ces traumatismes du passé peuvent être différents :

- « Lorsque j’étais petite, mes parents me dévalorisaient quotidiennement. Tout ce que j’entreprenais ne leur convenait pas. Avec les hommes, c’est pareil… je me sens constamment jugée négativement… j’ai perdu toute confiance en moi ».

- « Mon ex ami m’a trompé pour une de mes amies, plus belle et plus intelligente ».

- « mon père nous a abandonné et ma mère ne me supportait pas, car cette rupture l’a rendu dépressive. J’ai été abandonné chez mes grands-parents »

Ces personnes se sentent souvent complexées et ses persuadent qu’elles ne méritent pas le bonheur. Elles oublient qu’elles ont des qualités et ne les mettent pas en avant. Obnubilées par leur mal-être et leur culpabilité, elles ne rencontrent que des hommes qui les abandonnent ou les maltraitent.

Un travail de psychothérapie analytique les aidera à réaliser leurs qualité, à les mettre plus en avant, et faire de leurs complexes des atouts  pour mieux les accepter. Et plus elles s’accepteront, plus elles s’aimeront et plus elles se sentiront aimables et capable d’être aimées.

L’amour et les démons du passé ou du présent dans l’histoire de la personne, pourront être mis à distance par les séances analytiques pendant lesquelles elles pourront exprimer leur chagrin, leur douleur afin de se reconstruire. L’enjeu va probablement se situer dans la capacité.

 

Il est essentiel de réaliser que dans l’amour, nous serons toujours deux, donc d’exister également par soi-même et pour soi-même. J’aporte cette précision, car lorsque l’on a eu un vécu abandonnique, l’on a tendance à entrer dans une dépendance affective et de s’y perdre au dépend de soi-même.

 


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion