Psychothérapie

Que ce soit dans un couple, entre un parent et un enfant ou un échange entre collègues, les violences verbales peuvent blesser autant que des comportements physiques, surtout si elles sont répétitives.

LES VIOLENCES VERBALES D’UN ADULTE ENVERS UN ENFANT

Lorsque la colère d’un parent envers un enfant n’est pas contrôlée, elle peut avoir des conséquences durant toute la vie de l’agressé, d’autant plus que l’agresseur n’a pas toujours conscience de la violence de ses paroles.

  • si d’une façon répétitive, un adulte assène à un enfant le fait qu’il est « nul », « complètement idiot » ou « irrécupérable », ce dernier se sent, humilié, rejeté, mal-aimé, décevant alors que son envie est de faire plaisir pour être aimé.
  • Chaque parent fait ce qu’il peut avec sa propre éducation, et essaie souvent de réparer ses lacunes au travers de ses enfants, (beaucoup ont abandonné les fessées et les violences physiques), mais ils doivent apprendre que dévaloriser un enfant risque de lui faire perde toute confiance en lui ou de faire en sorte qu’il n’ose plus se mêler aux autres enfants de sa classe. Il se sent inférieur et plus tard craindra l’autorité de son patron ou de tout autre adulte… Il n’osera pas s’affirmer.

LES VIOLENCES VERBALES DANS LE COUPLE

Les violences physiques et les violences sexuelles sont punies par la loi, alors qu’il n’en est pas de même pour les violences verbales. Pourtant les mots peuvent faire autant de mal que les coups.

  • Un conjoint qui dévalorise sa femme, hurle, la maltraite verbalement, la menace, l’humilie ou la blesse par des injures, lui fait perdre l’estime d’elle-même. Ensuite, la victime de ces violences, ayant perdu l’estime d’elle-même, se sent coupable des maltraitances qu’elle subit.
     
  • Les violences verbales peuvent entrainer des problèmes émotionnels ou physiques. Ainsi, ces femmes perdent le sommeil, ont des troubles psychosomatiques (migraines, des troubles respiratoires, intestinaux ou de la peau…) ainsi que des dépressions.
     
  • Il arrive que sous l’influence de la colère, certains utilisent des termes qui dépassent leur pensée et qu’ils regrettent ensuite. Ce sont des passages à l’acte qui ne devraient être que très rares.
     
  • Par contre, certaines personnalités (telles que les pervers narcissiques), agressent verbalement avec lucidité, finesse, dans l’intention consciente de faire du mal et de dominer leurs partenaires.
     
  • Lorsque le conjoint agresseur voit que sa violence atteint moins sa partenaire, il n’hésite pas à adopter de nouveaux comportements encore plus agressifs pour reprendre le contrôle sur elle.

Que faire pour éviter les violences verbales et psychologiques dans un couple ?

En parler avec un psychothérapeute (seul ou en couple), vous permettra de comprendre les mécanismes qui régissent les deux partenaires et les répercussions dans le couple. Nommer la violence psychologique aide à en prendre conscience et à y remédier et à sortir de l’isolement.

Il existe des solutions si vous osez en parler. Ce peut-être par une psychothérapie individuelle, de couple ou de groupe pour partager son expérience avec d’autres personnes dans votre cas.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion