Changer de pays, changer de travail, modification dans sa vie affective, familiale ou déménagement dans un autre quartier ou un autre pays peut-être générateur de stress et même conduire à la dépression. C’est un vrai défi émotionnel car stress, euphorie, attente, craintes se mêlent.

Ce n’est heureusement pas le cas pour tout le monde, mais ces conséquences sont très fréquentes.

Aussi, si vous avez un projet de changement, il est important de s’y préparer et d’AVOIR UNE MOTIVATION CERTAINE.

EN CAS DE CHANGEMENT DE PAYS :
Un changement réussi est un changement préparé.

Pour les adultes :

S’expatrier pour un temps déterminé ou non, dans l’espoir de tout recommencer afin d’obtenir de meilleures conditions de  vie, demande un certain courage. En effet, ce changement obligera  à une rupture avec ses repères, sa langue, sa famille, ses amis. C’est également la perte de ses habitudes, parfois de  statut social sauf si une meilleure situation vous attend là où vous allez. Il faudra évidemment vérifier la reconnaissance des diplômes.

Heureusement, la motivation et la perspective de ce qui vous attend vous aidera à avancer.

Le premier risque est d’être démuni face au changement de langue, et à la confrontation avec le milieu dans laquelle il va falloir évoluer. Même si vous connaissez déjà le pays qui vous attend pour y avoir passer de nombreuses vacances, les codes sont différents : la langue bien-sûr mais également les codes juridiques, les modes de soins, les mode de vie, la culture…

Vous êtes enthousiaste et clamez votre bonheur de réaliser votre rêve, cependant la réalité peut parfois se révéler complexe. L’on part avec un idéal qui peut être déçu et regretter la vie d’avant. Aidez vous en gardant le contact avec votre famille ou vos amis restés dans le pays d’origine. Vous supporterez mieux ces périodes de nostalgie.

Ne restez pas isolez, cherchez à rencontrer du monde et à vous faire des amis.

Avant le départ :

- si possible, pensez à trouver un logement et à avoir un emploi avant de partir.

Pour les enfants :

Si vous avez des enfants, je pense que vous les avez préparés au changement qui les attend.

  • Il est vraiment nécessaire que les parents aient préparé l’ arrivée de la famille afin d’informer  au maximum leurs enfants et les adolescents de ce qu’ils vont trouver en arrivant. Parlez leur du lieu, des écoles qu’ils vont intégrer, du mode de fonctionnement scolaire (les jours, les horaires…), des visites qu’ils pourront effectuer. Préparer les également aux différences avec leurs pays d’origine en vous basant sur des ouvrages que vous pourrez consulter ensemble. La découverte d’un système différent sans préparation peut-être déstabilisant.
     
  • Etre bon élève dans son pays et se retrouver intégré dans une classe sans bien connaître la langue et en ayant l’impression de perdre son niveau peut déprimer. Expliquez leur qu’un enfant à une capacité à apprendre très rapidement les langues et que même si le début est difficile, ils pourront vite rattraper le niveau de classe. Donnez leur des exemples.
     
  • Habitués à être encadrés dans leur école, ils peuvent être perdus face à un système moins exigent. Les parents doivent se préparer à être plus encadrants pour rassurer.
     
  • Parfois, l’un des parents ne rejoindra pas immédiatement le reste de la famille. Les enfants doivent être avertis et rassurés. 

Pour les ados :

Les âges intermédiaires ont toujours eu plus de mal à s’intégrer. Ils ont dû quitter leurs amis, ce qui est difficile pour eux. En retrouver d’autres demande du  temps et ils peuvent se sentir rejetés.

S’ils ont choisi, ils assument mieux que s’ils se sont sentis contraints par la famille.

Pour les retraités :

C’est lorsque l’on part jeunes ou à la retraite que l’intégration se passe le mieux. Renseignez vous sur les centres de soin, vous serez rassurés.


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion