Hypnose

« L’expérience de l’hypnose nous apprend à prendre de la distance avec nos croyances apprises, avec nos réponses réflexes et nos tentatives de solutions, pour laisser notre créativité se déployer » François Roustang.

 

Comme je l’indiquais dans mes précédents articles concernant l’hypnose, cette pratique suscite un engouement dans différentes disciplines médicales.

L’hypnose concerne également les enfants pour sa grande efficacité dans de nombreux domaines  et nombreux maux que les enfants traduisent par des « maux de ventre ». 

INDICATIONS D’HYPNOSE POUR LES ENFANTS :

  • le stress,
  • l’angoisse,
  • phobies scolaires et la crainte de l’échec,
  • douleurs chroniques ou aigües (migraines),
  • énurésie
  • troubles de la concentration
  • Problèmes dermatologiques (eczéma, démangeaisons…)
  • Tics
  • Renforcer sa confiance en soi
  • Renforce son sentiment de sécurité intérieure : se sentir plus fortet apprendre à grandir,
  • Mieux communiquer
  • TOCS…

COMMENT LES ENFANTS REAGISSENT-ILS A L’HYPNOSE ?

Les enfants sont très sensibles aux rêveries, aux rêves, à l’imaginaires, aux contes…. Ils ont ainsi une plus grande capacité encore que les adultes à entrer en hypnose.

Lorsque l’hypnothérapeute guide l’enfant en hypnose ericksonnienne (état de conscience modifié) par un texte ou un conte, l’enfant y adhère et s’y projette avec une très grande facilité, confiance et plaisir. D’ailleurs, très tôt les mères ont appris aux enfants à se calmer en écoutant des histoires. De même, les bercements accompagnés de chansonnettes sont comparables à des inductions pour entrer en état hypnotique.

L’accès à l’imaginaire est un état naturel très présent chez l’enfant qui ne fait que s’accentuer pendant une séance d’hypnose.

LE BUT DE L’HYPNOSE CHEZ L’ENFANT

Le but est d’apporter un changement de perception du problème de l’enfant, de sensorialité dans ses comportements pour l’aider à associer au mieux ses goûts et sa liberté à ses besoins. Ainsi, lors d’une douleur plus ou moins aigüe, l’enfant va par l’hypnose, mettre à distance ou se dissocier de son ressenti douloureux en se centrant sur des échanges avec son environnement ou autre domaines. Son changement passera par une autre approche corporelle et sensorielle de son environnement, ce qui lui permettra de se décentrer de  sa douleur.

C’est un peu le processus qu’emploient les mères lorsqu’elles proposent à leur enfant de leur faire « un baiser magique », comme suggestion hypnotique pour éloigner la douleur.

 

De plus, un entretien préalable avec l’enfant et sa famille dédramatisera la douleur qui ne sera plus au premier plan.

L’AUTO-HYPNOSE :

Comme je le disais, les enfants ont une capacité particulière à entrer dans les transes hypnotiques mais également à apprendre l’auto-hypnose. Avec l’aide de l’hypnothérapeute, il pourra continuer les séances chez lui.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion